Perpignan : l’artiste Chat Maigre pose sa griffe sur les bancs du lycée

Dix « bancs Naelou » ont été installés au lycée Picasso de Perpignan. Commandés par la région Occitanie, ces bancs d’acier aux textes personnalisés, ont été conçus par l’artiste Chat Maigre avec la participation des élèves.
Dix bancs Naelou, réalisés par l'artiste designer Chat Maigre, avec la participation des élèves, ont été installé au lycée Picasso de Perpignan./DR
Dix bancs Naelou, réalisés par l’artiste designer Chat Maigre, avec la participation des élèves, ont été installé au lycée Picasso de Perpignan./DR

De jolis mots forgés sur des bancs d’acier. Ce concept, initié par l’artiste toulousain Chat Maigre, avec une quarantaine de « bancs Naelou » déjà installés en France, s’étend désormais au lycée Picasso de Perpignan. Vendredi 13 mai, dix bancs aux textes personnalisés, commandés par la région Occitanie, ont été inaugurés dans l’établissement : « Cela permet de faire passer des messages poétiques, fraternels et pérennes car indélébiles sur du mobilier urbain libre d’accès », explique l’artiste designer.

Dix bancs Naelou, réalisés par l'artiste designer Chat Maigre, avec la participation des élèves, ont été installé au lycée Picasso de Perpignan
Dix bancs Naelou, réalisés par l’artiste designer Chat Maigre, avec la participation des élèves, ont été installé au lycée Picasso de Perpignan

Une semaine d’atelier d’écriture avec les lycéens a d’abord eu lieu en décembre pour concevoir les messages à inscrire sur les structures colorées. « Ils étaient très inspirés et coopérants, poursuit Chat Maigre. Je les ai encadrés, avec leurs professeurs, en leur demandant ce qu’ils écoutent comme musique… A partir de chanteurs ou de rappeurs comme Grand corps malade ou Oxmo Puccino nous avons pu concevoir des textes ensemble. Le but étant de créer quelque chose qui fait du bien à celui qui le lira, comme un mot d’amour ».

lire la suite icilire la suite ici

Toujours sur ce sujet cet autre article de la Dépêche

close

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les commentaires sont fermés.