Massacre à la tronçonneuse

Au mois d’octobre 2006, un massacre de plus a ravagé des bancs qui, incrustés dans les grilles du square de Choisy, avaient à leur actif 70 ans de bons et loyaux services pour les culs des passants et surtout ceux des SDF du 13ème arrondissement de Paris. Cela ne devait plus durer, l’aseptisation du quartier continue donc. Ainsi en ont décidé les fonctionnaires de la voirie. Outre le fait qu’esthétiquement ces bancs rythmaient la promenade le long du square, leur suppression a transformé les grilles de l’avenue de Choisy en un “rideau de fer”. L’entreprise n’était pas simple et donc pas peu chère. Une équipe d’ouvriers armés de scies et de chalumeaux s’en sont pris à ces bancs que l’on pensait invincibles. La grille qui servait de dossier fut donc avancée de 40 centimètres pour éteindre à jamais toutes velléités des citoyens de se reposer. S’arrêter dans la ville, un instant, sur un banc public serait-il un acte subversif ? Regarder le monde non pas derrière sa fenêtre mais au cœur même de la ville serait-il donc dangereux ? L’espace public se réduit un peu plus chaque jour, on grillage, on “digicode”, on “vigilise”, on sécurise… Jugez-donc du résultat (cf. photos).

close

Abonnez-vous à notre newsletter !

Les commentaires sont fermés.